Pourquoi un Festival du solo ?

Avec un dénominateur commun très simple, un seul artiste en scène, le solo offre une diversité très riche par l’expression artistique choisie : théâtre, musique, chant, mime, clown, conte, magie, … mais aussi par l’adresse retenue : au public, à des partenaires imaginaires, à soi-même, cri solitaire ou parole donnée, chant nécessaire ou geste gratuit ne cherchant d’autre nécessité d’exister que la beauté du geste.

Et puis, l’artiste en solo créé un rapport privilégié avec le public, s’appuie sur lui, s’offre à lui bien plus que l’artiste en groupe qui s’adresse à ses équipiers, cantonnant le spectateur dans le rôle de témoin de ce qui se joue sur scène.

Enfin, la solitude de l’artiste en solo lui ouvre la disponibilité pour s’intéresser aux autres artistes tout aussi solitaires que lui. Ce ne sont pas des groupes qui se côtoient, comme ce peut être le cas lorsqu’il s’agit d’équipes artistiques, mais des individus créateurs que la disponibilité rend curieux des autres individus créateurs, que ce soit au moment où chacun joue son spectacle, où les artistes sont spectateurs des autres, ou bien à l’heure de se réunir autour du repas nocturne, moment particulier d’échanges entre des sensibilités si variées.